Olivier Véran se prendrait-il pour un Dragon (pas parachutiste, juste de Komodo)?

Il est toujours amusant de voir des candidats manier la langue de bois martiale. Surtout quand ils ne connaissent ni le problème, ni la ville, ni n’entendent rien aux questions de sécurité. On ne peut pas être neurologue et grand flic à la fois.

M. Véran, reprenant les éléments de novlangue d’Emmanuel Macron, promet une « Police du Quotidien ».

Cela doit ravir les fonctionnaires de police et militaires de la gendarmerie qui sont sur le terrain au quotidien – mêmes les week-end et les nuits  –  de savoir qu’il n’y sont pas. idem pour les agents des polices municipales, qui dans bien des cas sont les « first responders ».

A moins que par « Police du Quotidien » on veuille dire exactement ce qu’on veut dire: fliquer au quotidien.

Churchill disait très justement qu’on sait vivre dans une démocratie si, quand on frappe à votre porte à 06H00 du matin, ce n’est que le laitier.

Quand les forces de l’ordre frappent à porte de quelqu’un à 06h00 du matin, c’est qu’il y a une raison, c’est qu’il y a enquête, diligentée par un Juge d’Instruction et que les forces de l’ordre sont dument munies des commissions idoines.

Police du Quotidien ne veut rien dire car la police s’exerce au quotidien par tous les acteurs qui en sont chargés.

Quant aux 10 000 postes de policier en 5 ans, c’est louable. Mais voyez-vous, ces policiers, il va falloir les former, ce qui prend du temps (1 an pour un gardien de la paix en comptant deux ans pour apprendre vraiment le métier avec les collègues sur le terrain. Pour les corps de commandement et de conception, c’est encore plus long). Et avec quels véhicules, dans quels locaux, avec quels moyens vont donc travailler ces 10 000 policiers? Non parce que déjà nos flics et nos pandores ne disposent déjà pas aujourd’hui des moyens de faire correctement leur boulot…

M. Véran, à la fin d’un communiqué où il décrit des faits d’une extrême gravité, mais de délinquance, nous dit qu’il votera pour la prolongation de l’Etat d’Urgence…

Nous avons donc fait passé son communiqué à Amnesty Internationale et à Human Rights Watch, car, M. Véran, nous rappelons que l’Etat d’Urgence n’a pas été promulgué pour lutter contre la criminalité mais contre le risque d’attentat terroriste et comme son nom l’indique, il se saurait durer, c’est un état d’exception!!!!

Une telle confusion, une telle méconnaissance du droit national, européen et international de la part de quelqu’un qui veut se faire élire député et donc légiférer en notre nom est effrayante!

Quelqu’un qui veut être député ne sait visiblement pas ce qu’est l’état d’urgence, à quoi il sert, combien il ne sert plus à rien et est prêt à voter sa prolongation pour des raisons qui sont contraires à l’état de droit!

Alors M. Véran ne nous écoutera pas par simple mépris, parce que nous sommes pas la « bonne société civile », pas assez dociles et surtout pas assez crédules parce que trop expérimentés. Et puis nous sommes un pavé dans la marre de la tactique communautariste de la REM, par laquelle on promet tout à tout le monde mais de manière différenciée en espérant bien que les uns ne parlerons pas aux autres et ne rendront pas compte de la supercherie.

Peut-être écoutera t-il alors les députés, représentant le peuple français?
Et en ce qui concerne les problèmes sécuritaires liés au terrorisme, peut-être écoutera t-il le Colonel Michel Goya, dont l’expertise ne saurait être remise en cause?

Peut-être comprendra t-il que le problème des quartiers, c’est le trafic de came et l’argent, le système économique paralèle qu’il génère, donc le crime organisé à une échelle internationale (voir les affaires virus et rétrovirus par exemple) , qui ne se combat que par de longues enquêtes complexes dont les volets financiers sont les plus efficaces.

Peut-être arrêtera t-il de parler de ce qu’il ne connait pas, de ce qu’il ne comprend pas pour se cantonner à son domaine d’expertise, déjà vaste, la santé?

Nous l’en remercions par avance.

Quant aux habitants des « quartiers », nous vous rappelons que sa « tutelle », Mme Geneviève Fioraso, a voté en faveur de la déchéance de nationalité, ce qu’aurait sans soute fait à notre avis M. Véran s’il avait encore siégé au moment de ce vote.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :