Ce qui semble être une forme de clientélisme religieux chez Emmanuel Macron est-il dangereux?

L’épisode de la suspension de deux candidats de LREM pour « propos antisionistes » nous laisse songeurs.

Nous le disons également depuis longtemps: une forme de communautarisme sous-jacent chez Emmanuel Macron façon Coexister (non les différences confessionnelles et la liberté de culte ne relèvent pas de « l’inter-convictionnel » mais de différence de croyance et de rites. qui sont des choix personnels) est une impasse, à la fois républicaine car le CRIF  – comme toute autre organisation confessionnelle – n’a pas à se mêler de la sélection de candidats ( il peut en revanche tout à fait appeler à ne pas voter pour eux) et politique et sociale, car au communautarisme juif s’opposera qu’on le veuille ou non un communautarisme musulman tant que le conflit israélo-palestinien ne sera pas réglé (c’est à dire pas demain la veille). L’importation systématique ce conflit par les deux bords est insupportable et nocive, car ce n’est pas une guerre de religion.

Le FN n’a plus qu’à compter les points du bord du terrain.

Soyons extrêmement clairs:

  • La France n’est pas Israël, pas plus que l’Algérie, le Maroc, la Tunisie ou n’importe quel autre pays;
  • Quand on fait campagne, nul n’est besoin de parler aux français selon leur confession, car le faire est déjà créer une dissonance, c’est déjà les discriminer (au sens propre), les tirer selon des lignes religieuses, donc commencer à les opposer;
  • Le CRIF et la LICRA ne représentent pas l’autorité religieuse, seul le Consistoire le fait;
  • Le CFCM ne représente pas l’autorité religieuse, qui n’existe pas en France pour l’Islam sunnite, puisqu’il n’y a pas de conseil des oulémas, voir notre note sur le sujet ici ;
  • La multitude d’organisations catholiques ne représentent pas non plus l’autorité religieuse, seule la Conférence des Évêques de France le fait; et
  • Tout à l’avenant pour n’importe qu’elle autre religion non-sectaire.

La République n’est ni chrétienne, ni musulmane, ni juive, ni athée: elle est laïque.

Critiquer la politique de l’État d’Israël n’est pas critiquer les juifs en tant que tels ni même le peuple israélien, à partir du moment où cette critique ne procède pas de la confession.

Critiquer le sionisme, qui est une idéologie, est la même chose que critiquer n’importe qu’elle autre idéologie  – socialisme, communisme, libéralisme, nationalisme, etc. – du moment que la critique ne procède pas de la confession.

Critiquer les prises de position politiques du CRIF qui est lui-même une organisation politique légitime représentant ses seuls membres,  n’est pas être antisémite, à partir du moment où cette critique ne procède pas de la confession.

Très grave erreur que de laisser des groupes de pression, parfaitement légitimes en démocratie à représenter les intérêts de leurs membres, se mêler d’investitures.

Très dangereux d’avoir peut-être usé d’une segmentation et de tactiques communautaires, d’avoir utilisé des Community Managers qui semblent avoir opéré selon des lignes confessionnelles et/ou « ethniques » sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :