A t-on vraiment besoin d’histoire immédiate?

La photo d’illustration de ce billet est volontairement violente et provocatrice. Il faut subjuguer, alors on ne va pas se gêner . Il n’y a bien entendu pas l’once d’une similitude entre Philippe Pétain et Emmanuel Macron.

Le « film »  « les Coulisses d’une campagne « diffusé ce soir sur TF1  fut écrit, tourné et monté avant même le résultat du second tour de la présidentielle connu. Donc dans un contexte qui n’était en aucun cas celui d’aujourd’hui.

Nous posons ces deux questions très dérangeantes: le même « film » a t-il été réalisé sur la campagne de Marine Lepen et aurait-il été diffusé si elle avait été élue?

Prenez un instant, juste une minute, pour y songer et vous faire peur.

L’Histoire est certes le produit du présent, parce que les historiens travaillent de leur vivant –  mort on sert plus à rien une fois les asticots ayant rendu la totalité de la masse organique à la Terre. Les historiens savent qu’on ne peut pas juger l’Histoire avec les normes du présent, et c’est justement là l’objet de leur travail: nous faire comprendre le passé qui s’est déroulé dans un contexte qui n’est pas le notre.

« Les Coulisses d’une Campagne »  est un objet de propagande, c’est à dire une œuvre de pure fiction, au même titre que tous les épisodes de « Joséphine Ange gardien », qu’on nous impose dans le présent comme vérité en sélectionnant le contexte, donc la réalité, ce matériau particulièrement instable et explosif qui ne pète pas à la figure des historiens puisque travaillant dans la plupart des cas sur des sujets dont les objets sont morts.

On cherche à immédiatement nous imposer une lecture d’un fait, l’élection d’Emmanuel Macron, comme étant logique, normal, le résultat d’une somme de causes ayant eu une seule inéluctable conséquence pensée, prévue, conçue et réalisée par un homme. On cherche dès à présent à former une vérité instantanée afin de couper l’herbe sous le pieds à toute rétrospective dans un futur proche. Autant dire que la dissonance cognitive – le hiatus causé par la discrépance entre réalité perçue et réalité proclamée – est énorme.

Le quinquennat d’Emmanuel Macron commence décidément très mal, plus mal que celui de ses prédécesseurs même si les médias nous ont dans les mêmes circonstances servi la même soupe. Ni Nicolas Sarkozy ni François Hollande ne furent élus par défaut.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :