Article édifiant sur la « stratégie de communication intégrale » de la municipalité PG-EELV grenobloise, ou Tintin au pays des Soviets confronté aux méthodes du FN.

On a vu le vice-président du Club de la Presse grenoblois faire les louanges d’Enzo Lesourt, le conseiller spécial d’Eric Piolle dans un article dithyrambique lui attribuant la création d’une « stratégie de communication intégrale ».

Place Gre’net dans un article paru aujourd’hui raconte la réalité des rapports qu’entretiennent Eric Piolle, son cabinet et sa majorité avec la presse, et c’est gratiné!

Nous vous engageons tous à vous abonner à Place Gre’net qui, avec le Postillon, est le seul média qui ne s’arrange pas avec les faits dans la région grenobloise.

Et nous vous engageons à relire la tribune de notre porte-parole sur le rôle fondamental de la presse locale

 

Morceaux choisis de l’article de Place Gre’net.

« Déplacement non communiqué, refus d’interviews, absence de réponses aux sollicitations, journalistes délibérément exclus de visites presse, pressions exercées avant ou après la publication d’articles sur des sujets sensibles… Vous pensez que ces pratiques sont l’apanage du FN ? Eh bien non ! Au risque de vous surprendre, elles ont également cours à Grenoble, où la ville est dirigée par une coalition Europe-Ecologie-les-Verts et Parti de gauche. Retour en quatre actes sur une stratégie de communication méconnue mais assumée au plus haut niveau – comme nous venons tout juste d’en avoir la confirmation – et qu’il nous a paru nécessaire de porter à votre connaissance. (…)

(…) Mais, d’une manière générale, les journalistes de Place Gre’net qui passent par le service presse rencontrent la plupart du temps des difficultés pour accéder à l’information. Technique la plus couramment utilisée ? Le pourrissement. Si nous attendions à chaque fois un retour pour publier nos articles, beaucoup d’entre eux ne sortiraient tout simplement jamais. Ce qui est sans doute le but recherché et n’est évidemment pas concevable.

(…) le service presse, censé faciliter le travail des journalistes, est en lien direct avec le cabinet du maire… à qui il rend directement compte et qui décide de tout. Du coup, les jours passent, voire les semaines, quand ce ne sont pas les mois. Et nos demandes d’informations ou d’interviews sont classées sans suite dès qu’elles touchent à des sujets sensibles. Ce que l’on nous propose à la place ? Une multitude de conférences de presse, durant lesquelles les élus déroulent leur communication. Le tout sous l’œil attentif du conseiller spécial du maire quand il s’agit des rendez-vous les plus stratégiques.

(…)Aussi, quand des opposants politiques ou de simples citoyens émettent des critiques à l’encontre d’un projet municipal, il est juste de donner la parole aux “accusés” pour qu’ils puissent à leur tour présenter leurs arguments. Logique, non ?

Pas pour la Ville. En fait, notre méthode revient à « relayer des paroles qui ne sont pas au même niveau » a récemment affirmé un membre du cabinet du maire. « Nous ne voulons pas réagir à Tartempion. Une institution informe et débat mais n’alimente pas du buzz. […] Tous les points de vue ne se valent pas. Sinon, c’est l’approche du Front national. » Un point de vue déjà avancé par un autre membre du cabinet, et donc parfaitement assumé.

(…) Et quand, derrière Tartempion, se cache Pascal Clérotte, porte-parole du Gam et bête noire de la municipalité dont il commente toutes les décisions, la Ville voit encore plus rouge. Une journaliste de Place Gre’net serait même « manipulée » par cet homme. Sous emprise peut-être ? La pauvre femme – une journaliste de plus de vingt ans d’expérience – manquerait de discernement et reprendrait sans recul tous ses arguments, notamment dans des articles consacrés au projet de piétonnisation Cœurs de ville, cœurs de métropole (CVCM). A moins qu’elle ne soit mariée à un commerçant opposé à CVCM, comme on nous l’a demandé avec le plus grand sérieux. Mieux vaut en rire !

La vérité est plus simple : Pascal Clérotte n’est qu’une source – certes très bavarde sur les réseaux sociaux et clivante… – parmi d’autres. Rien de plus. En attendant, la journaliste en question est blacklistée par la Ville. Et la garde rapprochée du maire semble vouloir instiller peu à peu l’idée que Place Gre’net aurait « une ligne » et deviendrait un « journal d’opinion » qui servirait des intérêts hostiles à la Ville.

 

———————————————

NOTE DE LA RÉDACTION DU GAM: NOUS REMERCIONS SINCÈREMENT LA MUNICIPALITÉ POUR LA RECONNAISSANCE DE NOTRE TRAVAIL ET CETTE PUBLICITÉ GRATUITE. ALL PR IS GOOD PR. Et nous rappelons à Eric Piolle et son cabinet qu’en fait notre porte parole, c’est lui, là, en bas, avec le masque. Il manipule toute la presse et aucun journaliste ne lui résiste. Aucun.

————————————————————————————–

(…) Quand les journalistes s’intéressent de trop près à des sujets sur lesquels la Ville n’a pas envie de communiquer ou pas à ce moment-là, celle-ci n’hésite pas à faire pression. Par exemple en leur passant des appels furieux sur leur portables pour les sermonner. Là encore, le problème n’est pas nouveau, puisque ce fut déjà le cas suite à la publication de l’article Propreté urbaine : Grenoble va passer à la verbalisation, paru le 30 septembre 2015. Un sujet visiblement très sensible…

Comme à l’accoutumé, les élus et responsables de services concernés à la ville de Grenoble n’avaient pas reçu l’autorisation de s’exprimer. Mais des délégués syndicaux territoriaux s’étaient montrés plus prolixes avec notre journaliste. Un crime de lèse-majesté, semble-t-il. On n’avait pas été « réglo » de traiter le sujet quand même. Et plus grave : « les deux syndicalistes interrogés n’avaient pas le droit de s’exprimer sur le sujet. » Peut-être ont-ils été punis ?

(…)

Fait troublant mais pas si étonnant, les commandes d’encarts de communication à Place Gre’net par la Ville se sont subitement arrêtés en novembre 2016, alors que la Ville continuait de largement communiquer dans le reste de la presse. Une mesure de rétorsion économique suite à des articles ayant déplu, comme un membre du cabinet l’a clairement exprimé à un journaliste de Place Gre’net – qu’il avait demandé à rencontrer pour lui en faire part expressément – puis à moi-même.

En cause – comme nous l’avons su par la suite –, des articles qui portaient notamment sur les bibliothécaires en lutte, l’affaire Bismillah, CVCM, Ebikelabs, la Biennale de l’habitat durable, ou bien encore la Grande marche réclamant la réquisition des logements vacants à Grenoble. Sans doute une tentative pour nous faire rentrer dans le rang. Voire nous faire taire définitivement…

(…) Autre point que nous souhaitions éclaircir, le récent voyage en Israël du maire et de sa délégation qui nous a été volontairement caché, ainsi d’ailleurs qu’à la quasi-totalité des journalistes locaux jusqu’à la veille du départ… et ce malgré des questions posées bien en amont au cabinet du maire concernant le trou dans son agenda cette semaine-là.

Interrogé à ce sujet, Eric Piolle a répondu que nous n’avions pas à savoir à l’avance s’il allait s’absenter de la ville ou s’il était en vacances. Soit. Reste qu’une journaliste locale a fait partie du voyage et a donc de facto été mise au courant bien avant… Un “deux poids deux mesures” que le maire assume, tout comme la prise en charge des frais de voyage de ladite journaliste. « C’est ce qui se fait, oui… »

(…) Oui, Eric Piolle assume pleinement l’arrêt des commandes d’encarts publicitaires à Place Gre’net. Une décision prise en concertation avec ses proches collaborateurs à ce sujet. « On a effectivement eu des débats sur la façon dont certains articles ont été positionnés […] Un débat sur la qualité de certains articles qui pose question, sur le travail qui est fait… », a-t-il fini par reconnaître. « C’est une question de cadre de travail, a tenté de justifier son conseiller spécial, présent tout au long de l’entretien. […] On vous a dit plusieurs fois qu’il y avait des protocoles de travail à respecter si vous voulez bosser avec nous. » Dont acte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :